•  

     

    Préparation et cuisson : 45 minutes


    Voici les étapes pour réaliser le poulet braisé à la congolaise


    1. Prendre un poulet dur, genre pluvera ou wilki
    Laver, vider, couper le croupion et l'ouvrir sur le devant. mettre dans une grande casserole.

    2. Rajoutez oignon, ail, tomate pelée, feuille de laurier, tomate concentrée, basilic et quelques gouttes de vinaigre, un peu de gingembre mixé, cube Maggi. Retournez le poulet toutes les 20 min et laissez cuire jusqu'à ce que la viande devienne tendre.


    3. Mettre au four à 180° en position grill ou directement sur votre barbecue, et cuire 10 min de chaque côté.


    4. Nappez de fond de sauce qui reste dans la casserole et servez!

    Bon appétit!!

     

     


    2 commentaires
  •  

     

    «Papa Lumière», ces expatriés revenus de la Côte d’Ivoire

    «Papa Lumière»

     

    «Papa Lumière», un premier long métrage de la réalisatrice Ada Loueilh.

     

    Ce mercredi 29 juillet sort en France « Papa Lumière ». C’est l'histoire d'un Français rapatrié en urgence de Côte d'Ivoire avec sa fille métisse pendant la crise post-électorale de 2011. Le comédien Niels Arestrup y interprète ce père, sonné d'avoir tout perdu, et confronté au défi de reconstruire une vie, et une relation avec cette enfant qu'il a peu connue.

    On est en 2011. Jacques débarque en France, avec Safi, sa fille de 14 ans, qu'il a eue avec une prostituée ivoirienne. En Côte d'Ivoire, ce Français a tout perdu, y compris son hôtel, incendié pendant la crise. Sous les traits de Niels Arestrup et ses cheveux blancs, c'est un personnage bourru, en manque d'Afrique, et qui noie sa détresse dans l'alcool.

    Quant à Julia Coma, dont c'est le premier rôle, elle incarne cette adolescente sur la réserve, qui a peu connu son père, et se voit hébergée avec lui dans un foyer d'accueil pour rapatriés à Nice. Père et fille vont devoir s'apprivoiser et reconstruire une vie, loin de la Côte d'Ivoire.

    Pour ce premier long métrage, la réalisatrice Ada Loueilh s'est inspirée de sa propre expérience du déracinement, quand, à l'âge de 10 ans, élevée en Côte d'Ivoire, elle a dû suivre ses parents qui avaient fait le choix de rentrer en France. Un retour douloureux, précise la jeune femme, qui compare les expatriés revenus au pays à des métisses invisibles, ni tout à fait d'ici, ni tout à fait d'ailleurs.

     

     

    «Papa Lumière»


    1 commentaire
  •  

    Ecole congolaise-

    le gouvernement préfère les tables-bancs made in Paris que ceux de Brazzaville

     

    Ecole congolaise

     

    Les écoles congolaises présentent actuellement un déficit en tables-bancs constaté qui s’élève à 242.000 unités. Pour réduire ce déficit, le ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation a retenu la société française TEF pour la fabrication des tables-bancs d’une valeur de neuf milliards francs CFA au détriment de l’expertise locale.

    Le ministre congolais de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, Hellot Matson Mampouya a visité la semaine dernière l’atelier de montage des nouveaux tables-bancs pour les écoles du pays. Le but de la visite est d’évaluer l’avancée des travaux que réalise la société TEF avec l’appui de quelques ouvriers congolais.

    A l’occasion, il a été expliqué au ministre, la procédure de montage des tables-bancs fabriqués et importés de France et qui présentent une structure métallique avec des panneaux mélaminés recouverts d’une peinture repolie et contiennent deux sièges.

    Le montage se fait au rythme de 500 tables-bancs par jour; 32 000 tables-bancs sont destinés aux lycées de Brazzaville. Certaines écoles de Brazzaville doivent avoir ces nouveaux tables-bancs avant la prochaine rentrée scolaire.

    «Ce que nous voulons, c’est  l’amélioration de l’environnement scolaire au profit des enfants. Il faut que ces équipements qui sont confortables, modernes et durables, soient préservés», a déclaré le ministre.

    Il a par ailleurs invité tous les usagers de ne pas profiter du moindre prétexte pour détruire ce que le gouvernement a acquis aux prix de mille et un sacrifices pour le bien-être des apprenants.

     

    15 mille pièces de tables-bancs devront être livrées par la société TEF, selon Fabien Lucas son directeur.

    Mais à Brazzaville et dans la diaspora, les congolais expriment leur indignation. En effet, si l’initiative de doter les écoles de nouveaux tables-bancs est louable, la démarche est scandaleuse à plus d’un titre.

    Il est incompréhensible que le Gouvernement passe des commandes de tables-bancs en France pour plus de 9 milliards FCFA alors qu’il y a des menuisiers, des ébénistes au Congo, capables de faire ce même travail pour régler le problème de chômage des jeunes.

    Pour l’heure, il convient de dire qu’en dehors de Brazzaville, les tables-bancs seront déployés dans les départements.

    Une commande de 7,5 milliards de FCFA devrait être passée prochainement pour combler tout le déficit en tables-bancs après cette première phase.

     

    © OEIL D’AFRIQUE

     

     


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires