•  

    Lancement du Jeu Intervilles en Côte d'Ivoire

     

    c'est tous les Samedi à partir de 21 H sur RTI1

     

     

     


    2 commentaires
  •  

     


    1 commentaire
  •  

     

     

     


    1 commentaire
  •  

     

    COMMENT FAIT-ON LE VIN DE PALME ?

     

     

    Le vin de palme ou « Bandji » ou encore « Bangui »

     

    1ère étape, choisir l’arbre 

    il faut qu’il soit suffisamment gros et âgé pour une meilleure quantité récoltée.

     

    Le vin de palme

    (Il va sans dire que des arbres sont déjà abattus depuis un certain temps

    et la récolte du vin de palme a déjà commencé.)

    Une fois l’arbre choisi, on creuse autour et on le déracine.

     

    Un fois l’arbre tombé,  On taille alors les branches car elles ont des piquants qui peuvent blesser et on le laisse sécher 5 à 6 jours.

     

    Le vin de palme

    Le vin de palme

     

    On abat plusieurs arbres à la fois afin d’obtenir une quantité assez importante de Bandji.

     

    Le vin de palme

     

    On laisse les arbres sécher quelques jours puis on creuse alors une entaille dans le tronc de l’arbre,

     

    Le vin de palme

     

    et à l’aide d’un fer pointu, on creuse dans cette entaille un trou qui traverse l’arbre de part en part.

     

    Le vin de palme

     

    On introduit alors dans ce trou un tuyau dont l’extrémité est mise dans un bidon situé en dessous de l’arbre, afin de ne pas perdre de liquide.

    De temps en temps, on débouche ce trou à l’aide d’une tige de bois pour qu’il n’y ait pas d’obstacle à l’écoulement du liquide.

     Et la nature commence à faire son travail. Le liquide commence à s’écouler dans le bidon.

     

    Le vin de palme

     

    En générale, on rend visite à nos palmiers 2 fois en 24  heures ; le matin et le soir :

    On récupère alors le jus qui est déjà dans le bidon et on le remet en place pour  la prochaine récolte

    En une journée, de 08h à 18h, un bon arbre peut donner 3 à 4 litres de bandji, donc jusqu’à 8 litres en 24 heures. Et cela pendant 4 à 6 semaines.

    A chaque visite de ses palmiers, on vérifie si l’arbre est bien sec ; et généralement, par temps humide ou après une pluie, on assèche l’entaille faite dans le tronc

     On fait alors un « bouquet » de tiges de bois qu’on brule et que l’on introduit dans l’entaille de l’arbre. Ceci, afin de faire sécher un peu plus vite l’intérieur de l’arbre, ce qui a pour avantage de faire couler le liquide plus rapidement.

     

    Le vin de palme

    Le vin de palme

    Le vin de palme

     

    Ce procédé n’est pas systématiquement utilisé, mais surtout après un temps humide ou une pluie.

    On attise le feu et on active le séchage en soufflant sur la flamme à l’aide de tiges creuses.

     

    Le vin de palme

    Le vin de palme

     

    On retaille ensuite un petit peu le trou fait dans l’arbre et on nettoie bien l’intérieur.

     

    Le vin de palme

     

    On referme alors l’entaille avec des feuilles et des branches afin de la garder propre.

     

    Le vin de palme

     

    Pendant que les uns bossent, certaines belles se la coulent douce.

    fainéante

     

    Une orchidée a poussé sur le palmier abattu depuis 2 semaines.

     

    Le vin de palme

     

    On récupère le vin qui est dans les bidons en dessous de chaque arbre et on le transvase dans le bidon vide.

     

    Le vin de palme

     

    Lorsqu’on transvase d’un bidon à un autre, on utilise un filtre fait d’une tête de bouteille en plastique dans laquelle on met de la ficelle et des écorces. Ce moyen de filtrage évite que des saletés, des bouts de bois etc. arrivent dans le bidon de récupération.

     

    Le vin de palme

     

    Le vin récolté est prêt à être consommé.
    C’est l’heure de la dégustation,

     

    Le vin de palme

     

    Le bandji fraichement récolté est délicieux. Il a un taux d’alcoolémie d’environ 4 degré, soit l’équivalent d’une bière.

     

     

     


    1 commentaire
  •  

    Côte d'Ivoire

    A son enterrement, l'homme d'affaire reçoit

    un coup de fil depuis son cercueil et créé la panique

     

     

    un coup de fil depuis son cercueil

     

    Abidjan le 23 janvier 2014 © koaci.com – Quelques minutes avant d'être enseveli, un homme alors qu'il est couché dans son cercueil reçoit un coup de fil à partir d'un téléphone portable vibrant sous ses fesses. Cette situation inhabituelle a occasionné la débandade dans le cimetière, veuve et famille éplorée ayant tous pris la fuite avant de revenir plus tard pour connaitre les raisons, ont indiqué des témoins à KOACI.COM ce mardi 21 janvier à l'enterrement.

    Les faits rapportés se sont déroulée dans un cimetière dans la commune d'Abobo à Abidjan le mardi 21 janvier. On a pour l'occasion pu constater combien de fois la tristesse est soluble dans la peur.

    En effet dans ce cimetière au cours de l'enterrement d'un homme âgé d'environ une quarantaine d'année, un téléphone portable résonnait sans qu'on ne puisse jamais connaitre son propriétaire. Cela était d'un manière que tout le monde s'interrogeait.

    Mais dès les premiers instants où les personnes se sont rendues compte que la sonnerie et les vibrations provenaient du cercueil alors que celui-ci effectuait sa descente dans la terre creusée, ces mêmes personnes ont soudainement pris leurs jambes à leur cou. Selon les témoins les fuites étaient dignes d'un film de guerre où des soldats cherchaient à échapper à leur ennemis. Il fallait les voir tous courir à la Bolt sur 100 mètres. Dans ce ''sauve qui peut'' il y avait la veuve, la famille éplorée et tout autre affligée.

    Seuls quelques courageux sont restés. Ces personnes ont alors remonté le cercueil pour l'ouvrir. On sait ainsi rendu compte qu'il en était rien. A la morgue au CHU de Treichville un employé de la morgue en relevant le mort a oublié son téléphone portable dans le cercueil. C'est d'ailleurs ce dernier qui appelait sur son numéro pour qu'on lui ramène son engin après l'enterrement.

    Si cette coïncidence a produit de tels effets, c'est bien parce que le défunt lui même était un homme d'affaire. Quand il était encore en vie il recevait sans cesse des appels et était toujours accroché à son téléphone entrain de négocier dans ses affaires. Certains ont alors eu l'impression que même mort l'homme continuait dans cette dynamique, ce pourquoi ils ont pris peur et ont aussi pris la fuite.

     

     

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires